Chroniques

Cameroun: Quand le droit devient un outil de destruction du football

 

Mises sur pied par la FIFA pour produire des textes modernes et faire élire un exécutif légitime, les normalisations ont plutôt laissé des exécutifs contestés et des crises interminables. Ce fut le cas du bureau exécutif du président Tombi élu sous la normalisation Owona et dont l’élection fut finalement annulée pour irrégularités après 3 ans de crise marqués entre autres par le blocage des comptes bancaires. C’est aussi le cas du bureau actuel du président Mbombo Njoya dont l’élection sous la normalisation Happy est objet de recours en annulation.

Ces deux normalisations se sont-elles détournées de leurs objectifs qui visaient l’intérêt général pour servir des intérêts et ambitions personnels ? Les textes qu’elles ont finalement produits tendent à orienter une réponse à l’affirmative. Ces textes semblent avoir été taillés sur mesure et destinés à mettre une personne prédéfinie aux commandes et surtout à lui assurer pleins pouvoirs. d’où ces contestations incessantes. La crise actuelle du football professionnel camerounais liée à la suspension de la Ligue Professionnelle de Football (LFPC) atteste parfaitement de ce fait. Elle a commencé dès la prise de fonction du nouvel exécutif, l’un de ses tous premiers actes ayant été la mise sur pieds d’un Comité Transitoire Technique (CTT) chargé à sa création de “réfléchir sur l’avenir de la LFPC”. Quelques temps après, le même comité avec les mêmes membres héritait des prérogatives de la LFPC, dont l’organisation des championnats professionnels, après une suspension retentissante de la LFPC. La lecture des articles 14 et 15 des statuts de la FECAFOOT sur lesquels se fondent cette suspension laisse cependant penser que ce projet avait été minutieusement préparé par la normalisation Happy qui avait précédé.

L’article 15 dispose: ” Tout membre coupable de violation grave et/ou réiterée de ses obligations peut être suspendu avec effet immédiat par le commute exécutif” et l’article 14 “astreint les membres à l’obligation d’observer les directives et decisions de la Fecafoot “. Deux articles qui, combinés, réduisent la LFPC en simple exécutant des volontés de la Fecafoot sans pouvoir décisionnel aucun. Il suffit en effet de s’opposer à la volonté de la Fecafoot deux fois pour tomber sous le coup de ces articles. C’est justement ce qui a conduit à la suspension de la lfpc en cours de mandat, la contestation qui s’en est suivi a divisé le monde du football, et donné lieu à des procès qui restent pendant avec des risques graves à l’instar de l’annulation des championnats en cours. Une situation pas de nature à apporter de la sérénité.

FECAFOOT-LFPC : Vers un enlisement de la « guerre » ? – Lion ...

Même lorsque la loi n’est pas dans l’intérêt de ceux qui sont chargés de l’appliquer, on constate hélas des libertés dans son application, l’opportunité étant appréciée au grès une fois de plus des intérêts personnels. Aussi dans une correspondance qui avait fait grand bruit, le président de la FECAFOOT demandait ouvertement au sélectionneur de l’équipe nationale u17 Libih Thomas de sélectionner les joueurs devant participer à la coupe du monde 2019 de cette catégorie au Brésil sans tenir compte du décret présidentiel règlementant la sélection des joueurs dans les équipes nationales, décret N° 2014/384 du 26 septembre 2014 portant organisation et fonctionnement des sélections nationales de football. Tout ceci pour pouvoir imposer des joueurs non éligibles. L’entêtement du coach à respecter ledit décret avait contribuer à lui couter son poste, le motif officiel de son licenciement étant très peu convaincant puisqu’en clair on lui reprochait des résultats insuffisants. Motif curieux quand on sait que dans des conditions impossibles (pas de compétitions jeunes, pas de moyens de préparation, des pressions diverses…) le coach avait successivement gagné le tournoi UNIFFAC, le tournoi qualificatif à la CAN, la CAN elle même avec en bonus le meilleur joueur, la qualification à la coupe du monde, avant d’être limogé pour être sorti au premier tour de ladite coupe du monde.

Les Lionceaux vainqueur de la CAN U17 sont toujours dans la tourmente
Libih Thomas et les Lionceaux vainqueur de la CAN U17

On note également des négligences procédurales très préjudiciables. Aussi, en dépit de la volonté de maintenir la suspension de la LFPC, la fécafoot  a omis de la confirmer tel que le prescrivent ses propres statuts “toute suspension doit être confirmée lors de la prochaine assemblée générale par les 2/3 au moins des suffrages valablement exprimés, faute de quoi elle est immédiatement levée” . Une omission sur laquelle se fonde aujourd’hui la LFPC déchue pour réclamer devant les tribunaux la réhabilitation dans ses prérogatives toujours dévolues au CTT.

Enfin, l’usage abusif et détourné du droit transparait dans le licenciement du sélectionneur de l’équipe nationale Clarence Seedorf. Le ministre avait alors évoqué la mise en œuvre peu convaincante des clauses résolutoires incluses dans son contrat. Mais qu’est-ce qu’une clause résolutoire ? C’est “Une disposition par laquelle les parties conviennent, lors de la formation du contrat, que celui-ci sera résolu de plein droit en cas d’inexécution par l’une des parties de ses engagements ou du moins de ceux visés dans la clause”. En d’autres termes, par une clause résolutoires, les parties conviennent que le contrat prendra fin sans avoir besoin de recourir au juge si une des parties faillit à l’obligation visée. La clause résolutoire est donc un moyen de pression dont l’objectif constructif est de convaincre le débiteur de l’intérêt qu’il a à exécuter parfaitement ses engagements. À ce titre, dans le contrat d’un sélectionneur, c’est un excellent outil pour définir, suivre et évaluer un projet sportif cohérent. Mais hélas, l’affaire Seedorf semble révéler une fois de plus un détournement du droit, car dans ce cas, la clause résolutoire semble plus avoir servi d’outil de chantage et de règlement de compte. Sinon comment comprendre que le motif de licenciement de Seedorf soit “la sortie prématurée à la Can 2019” où il a pourtant réussi à sortir de la phase de poule ? l’obligation à laquelle il aurait alors failli serait “celle d’aller plus loin que les 1/8 de finale”.

Cameroon Indomitable Lions: Clarence Seedorf & Patrick Kluivert ...

Le bilan de Seedorf était-il vraiment mauvais? Il hérite d’une équipe dont les derniers résultats étaient un échec à se qualifier à la coupe du monde et une sortie au premier tour de la coupe des confédérations sans la moindre victoire, et en 11 mois réussit à qualifier cette équipe pour la CAN où il traverse la phase de poule. Et si vraiment une clause résolutoire dans le contrat de Seedorf visait l’obligation d’aller au-dela des 1/8 de finale dans cette can 2019, peut-on dire que cet objectif était réaliste ? L’objectif réaliste n’était-il pas la reconstruction d’une équipe compétitive qui pouvait légitimement prétendre à gagner la CAN 2021 à domicile ? Par ailleurs, la clause résolutoire de bonne foi impose au créancier d’offrir au débiteur les moyens de remplir son obligation. Peut-on dire qu’on a créé un environnement qui permettait à Seedorf de produire des résultats? Toutes choses qui poussent à questionner l’objectif de cette prétendue clause résolutoire.

Son objectif n’est-il pas finalement de jouir du droit d’option, en vertue duquel le créancier a la lattitude de continuer le contrat ou d’y mettre fin en cas de défaillance constatée du debiteur. Par la définition d’objectifs non réalistes, il se tranforme donc en un outil de chantage et de reglement de comptes.

On constate dans tous les cas l’impératif pour les dirigeants du football camerounais à être plus républicains et responsables à travers le respect scrupuleux des lois, et à être plus porté vers l’intérêt général à travers des lois plus pertinentes.

André Marie Awoumou.M

 

Loading...

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité