CamerounChroniques

Cameroun u17: le fameux décret du chef de l’état est-il opportun?

Libih Thomas, coach des u17 du Cameroun a publié sa liste de 21 joueurs qui représenteront le pays à la prochaine coupe du monde, recallant les joueurs évoluant à l’étranger conformément au décret présidentiel No 2014/384 du 26 septembre 2014 portant organisation et fonctionnement des sélections nationales, et en dépit des institutions contraires données par la fecafoot.

Une situation qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Si le débat ne saurait se poser quand à l’opportunité d’appliquer  ce décret dans un etat qui se veut de droit, on peut s’interroger sur l’opportunité de maintenir cette loi. Le contexte actuel semble cependant plus que jamais donner raison au chef de l’état garant de l’égalité de chances entre les camerounais.

Cela fait plus de 2 ans que la porte de l’équipe nationale A est quasiment fermée aux joueurs évoluant au Cameroun, tout au plus un touriste vient de temps en temps jouer au figurant.

Chez les u23, c’est la même galère. Au dernier match contre la Tunisie  un seul local sur la pelouse. A la dernière liste, aucun appelé. L’équipe A’ qui leur est normalement réservée n’est quasiment jamais en activité. Son dernier match remonte au 24 janvier 2018. Et pour le chan à venir, la politique déclarée par le coach est le rapatriement des professionnels au chômage.

Cette quasi exclusion des joueurs locaux  des sélections nationales participe grandement à l’exode massif des footballeurs camerounais. Une situation encore plus désastreuses quand ils sont jeunes. Le mal est brossé par Libih Thomas lorsqu’il déclaré : “les agents qui sont derrière les enfants tournent leurs films. Ils racontent n’importe quoi aux parents, ils racontent n’importe quoi aux joueurs et quand les joueurs boudent, ils les abandonnent quelquepart dans un coin”.

L’une des justifications de  ce décret était justement de combattre cet exode précoce.

Si dans les catégories supérieurs, l’argument du niveau est recevable, qu’en est-il des catégories u15 et u17 où on est encore purement dans la formation? Et où il n’ya pas encore un grand écart à en croire le coach Libih Thomas qui déclare parlant des joueurs évoluant à l’étranger “ce sont des jeunes joueurs, ils ont beaucoup de manquements comme tous les autres jeunes, sauf que leur arrivée tardive me cause beaucoup de problèmes “

S’il faut encore que les sélections u17 soit confisquées par des expatriés, quel message passerait-on aux jeunes camerounais? Vous n’avez aucun avenir, ni aucune considération tant que vous êtes au Cameroun.

Il faut ajouter à cela le sentiment de frustration et d’injustice qui peut animer des enfants qui se sont epoumonés dans des conditions difficiles à gagner le tournoi de l’uniffac, la can, et ensuite de qualifier l’équipe à la coupe du monde. Il serait difficile de digérer que d’autres viennent récolter le fruit de leurs efforts avec l’exposition, l’experience, et la fierté qu’offre une coupe du monde.

Les jeunes vivant au Cameroun ont aussi le droit d’être bien formés, d’avoir un avenir et de jouir de la fierté de représenter leur pays. Face au népotisme et au marchandage souvent décriés, ils n’auraient aucune chance face aux expatriés qui ont souvent beaucoup plus de moyens financiers. On a justement vu comment on a voulu imposer 6 joueurs expatriés à Libih Thomas pour la coupe du monde.

Le décret du  chef de l’état est donc le bienvenu pour protéger les joueur locaux plus faibles.

André Marie Awoumou M

Loading...

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité