Football féminin

Carine Atezambong Fomo: “Aujourd’hui la femme prouve qu’elle peut faire les choses que les hommes font et parfois mieux”

L'arbitre camerounaise a fait cette confidence le 12 mai dernier à Yaoundé au cours d'un hommage que lui a rendu l'association Global Women Emancipation in Sports (GWES).

Propos recueillis par Hélène Elembe Ewolo

1) L’association Global Women Emancipation in Sports (GWES) vous a rendu hommage le 12 mai 2021 à Yaoundé dans le cadre  de sa troisième réunion depuis sa création. Quel est vôtre état d’esprit après cette reconnaissance ?

Je suis Carine Atezambong Fomo, arbitre international de football et enseignante à l’Institut supérieur de jeunesse et de sports. Je suis vraiment émue de l’honneur de GWES me rend en ce jour en distinguant comme une femme qui se fraye une place dans un domaine fortement dominé par les hommes.

Comment est-ce que vous avez accueilli cette distinction ?

Je l’ai accueilli comme la récompense d’un travail accompli, de la femme qui se bat parmi les hommes. Longtemps, la femme était considérée comme un sexe “faible”, mais aujourd’hui la femme prouve qu’elle peut faire les choses que les hommes font et parfois mieux et ce depuis plusieurs années.

Parlez-nous un peu de votre travail.

C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de voir les femmes parmi les hommes dans un stade. Mais avec les règles de jeu que la Fédération international de football association (Fifa) a mis sur pied, on ne rencontre pas vraiment de discrimination vis-à-vis de la femme. C’est vrai que lors d’un match l’être humain peut se tromper, puisque nul n’est parfait. Il est normal qu’un joueur s’énerve, mais il inadmissible que celui-ci porte atteinte à une arbitre, parce qu’elle a fait une erreur ou qu’elle ait prise une mauvaise décision.

Quel message pouvez-vous adresser à la femme qui aimerait faire comme vous?

Pour toutes les femmes qui aimeraient suivre mes pas, je leur dit qu’il faut travailler dur, battez-vous pour atteindre vos objectifs, car le succès repose sur le travail. Autrement dit la femme doit croire en elle.

Est-ce que le fait d’être arbitre aurait-il changé votre vie?

Le fait d’être arbitre aujourd’hui n’a pas changé ma vie vu que je reste toujours Carine Atezambong Fomo. Mais d’autres dimensions  Carine Atezambong Fomo est une femme qui se fraye un chemin au milieu des hommes étant donné que je suis la première femme à arbitrer une compétition masculine de première division. Maintenant, si je l’ai fait d’autres femmes peuvent aussi le faire.

 

Loading...

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité