Autres Sports

La Tchuem Boxing Promotions enrôle 4 boxeurs

La Tchuem Boxing Promotions a recruté 4 nouveaux boxeurs dans son agence.

Tchuem Boxing Promotions démarre l’année 2021 avec de nouvelles ambitions,  offrir les portes du professionnalisme aux talentueux Boxeurs Camerounais.

L’agence de management sportif spécialisé dans le secteur de la boxe a déposée ses valises à Yaoundé, et repart avec les meilleurs boxeurs qui montent en puissance actuellement.

Le dimanche 10 janvier 2021, l’agence a engagée 4 boxeurs, les faisant signer un contrat de management. Ces contrats chacun de 3 ans est tout à l’avantage des boxeurs qui visent le monde professionnel.

Ils sont au nombre de 4: Maxime Yegnong alias bubinga(qualifié pour les jeux olympiques Tokyo 2021, Mathieu Aboya (Alias Kola sucré, comédien professionnel), Mohamed Ali et Doris Mambou (double championne d’Afrique). Tous ont fait confiance au jeune promoteur Mike Tchuem Fokoua, président de la Tchuem Boxing Promotions.

Les athlètes se sentent d’ailleurs privilégiés. “Mike m’a proposé de m’essayer dans la boxe professionnelle et ça toujours été mon rêve”. A indiqué Mathieu Aboya. Pour sa part, Mohamed Ali pense s’être engagé avec le bon partenaire.” Ce qui m’a motivé d’accepter ce contrat, c’est parce que j’ai beaucoup de rêves, être champion du monde de WBC, du coup, quand on m’a demandé de passer professionnel, c’était une fierté pour moi de l’accepter.”. La seule dames dans les rangs Doris Mambou double championne d’Afrique et médaillée de Bronze aux jeux Africains 2019, ne cache pas son objectif, ” Ce qui m’a motivé d’être là aujourd’hui, c’est parce que, j’ai toujours rêvé d’être une star, c’est mon rêve depuis des années. Mon rêve c’est d’être la championne du monde.”. Pour Maxime Yegnong qui va représenter le Cameroun aux prochains jeux Olympiques à Tokyo, pense être sur la bonne voie. ” Ce qui m’a amené à faire la boxe pro, c’est parce que j’aimerais champion du monde, là, il n’y a pas de doute. Je me rapproche vraiment de cet objectif, parce que pour être champion du monde, il faut déjà être pro, actuellement, je boxe amateur, pour être champion du monde, il faut affronter les forts, il faut commencer à grimper les paliers. “.

L’agence est basée au Canada, avec une représentation au Cameroun. C’est d’ailleurs la Tchuem Boxing qui a offert au jeune Wilfried Seyi les clés de la boxe professionnelle et l’agence ne comptait pas s’arrêter là.

Mike Tchuem Fokoua, président

” Lorsque j’arrive au Canada en 2017, je me rends tout de suite dans une salle de gym et je me rends compte que, le niveau de la boxe à l’étranger est très abordable pour nous ici au Cameroun. Alors moi ne pouvant pas m’inscrire pour participer à des clubs professionnels vu que je n’avais pas assez de temps, à cause de mes contraintes familiales, je ne pouvais pas m’engager moi-même comme compétiteur, j’ai donc pensé déjà à mon tout premier cadet Wilfried Seyi avec qui j’ai partagé une chambre aux jeux Africains à Brazzaville. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé par lui et le faire venir au Canada en 2018.”. A expliqué le président.

Pour les nouveaux athlètes qui ont été recruté, le président dévoile le contenu de ces contrats. ” Ce sont des contacts d’une durée de 3 ans, qui pourrait être renouvelable ci les deux parties sont d’accord. Nous nous sommes engagés à leur offrir un fond de subsistance mensuel, nous allons payer pour leurs équipements et de compétitions, nous allons également leurs garantir des bourses de combats acceptables lors des différents combats que nous allons organiser.”. A ajouté Tchuem

Le 06 février 2021, l’agence prévoit un gala de boxe ” Fighting Night 1″ dans le gymnase de l’INJS, pour que ces athlètes prennent la bonne mesure de leurs préparation aux compétitions internationales. Au total, 8 combats qui vont engager 16 boxeurs au total.

À propos de ce gala, Mike apporte plus de détails. ” Le premier gala, c’est le gland d’ouverture du 6 février, comme je vous l’ai dit, on ne peut pas encore dévoiler les montants, mais sachez que la valeur des contrats que nous venons de signer, sont de l’ordre de 2 millions pour le super lourds, 1.500.000 pour Aboya et 1.000.000 pour les deux autres athlètes, la filles et Mohamed Ali. Vu la crise sanitaire actuelle, il est difficile de faire venir des athlètes de l’extérieur. Donc ça sera plus des combats à saveur locale, mais ce sera des combats très engagés.”.

Pour les 3 autres galas, nous avons le mois d’avril, nous avons également le mois d’octobre et le mois de décembre.

 

 

Frida Nolla

 

Loading...

Articles similaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bouton retour en haut de la page
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité